TREK DU MANASLU-NEPAL-12 ème Etape ( Dharamsala- Col Larkya La)

Publié le par René le Sénior

Douzième Étape

Départ de  DHARAMSALA à 4 460 m.

Col de LARKYA LA à 5 135 m

Arrivée à BIMTANG à 3 590 m

Nous sommes le samedi 09 Novembre 2013 - le 12 ème jour
 durée prévue 09 h 00= avec un dénivelé de + 675 m et - 1 545 m à la descente.

La nuit a été agitée par des rafales de vent dans notre refuge en dur,  très spartiate (plafond non étanche pour la neige et le froid…sous des tôles ondulées, ). Température nettement en dessous de O degré.
Vers 04 H 00 du matin, notre guide nous demande de rester au « chaud » car la météo est très mauvaise. Neige, vent violent.
Départ pour le col retardé.
Vers 07 H 00, « alerte générale », tout le monde « debout » et préparatifs pour le départ, malgré une météo préoccupante.

(Cliquez dans la photo pour l'agrandir)

L'ASCENSION

A 08 H 00 tous les trekkeurs du camp de Dharamsala, sont sur le départ. Après concertation, les guides décident de tenter l’ascension malgré une météo très dure.
Une très longue colonne s’étire vers un col que nous n’apercevons pas. Visibilité pratiquement nulle, vent froid en rafales avec de la neige.

 

TREK DU MANASLU-NEPAL-12 ème Etape ( Dharamsala- Col Larkya La)
TREK DU MANASLU-NEPAL-12 ème Etape ( Dharamsala- Col Larkya La)
TREK DU MANASLU-NEPAL-12 ème Etape ( Dharamsala- Col Larkya La)

Abandon et  retour au refuge

Abandon à quelques dizaines de minutes du col.
Conditions météo trop dangereuses.
Après 04 H 00 d’ascension jusqu’à 5 000 m environ,  ABANDON.

A nouveau, nous avons  04 H 00 de descente pour rejoindre le camp de base.
Vers midi, après une ascension particulièrement éprouvante, tous les guides (Népalais et même Français) décident d’abandonner l’ascension et de faire demi-tour.
Nous sommes à environ 5 000 m, très proche du col, mais impossible de progresser dans une neige trop épaisse. Les risquent deviennent trop élevés, rafales trop violentes, froid et chutes de neige.
De nombreux participants et porteurs commencent à souffrir du froid, notamment aux mains et aux pieds. Équipements insuffisants pour certains.
Des trekkeurs de notre groupe sont à bout de force. Sage décision de faire demi tour et retour au refuge de Dharamsala.
J'ai été particulièrement rassuré,car depuis presque une heure, je voyais que cette ascension devenait très dangereuse. Certains étaient vêtus d'un équipement trop léger pour cette altitude et dans de telles conditions climatiques. Il y aura toujours des inconséquents ou des inconscients ou les deux à la fois...

Je suis le seul à avoir pris des photos. Ceci a été rapide, car les mains sans gants = gelures assurées.
 

TREK DU MANASLU-NEPAL-12 ème Etape ( Dharamsala- Col Larkya La)
TREK DU MANASLU-NEPAL-12 ème Etape ( Dharamsala- Col Larkya La)
TREK DU MANASLU-NEPAL-12 ème Etape ( Dharamsala- Col Larkya La)
TREK DU MANASLU-NEPAL-12 ème Etape ( Dharamsala- Col Larkya La)

 

RETOUR AU REFUGE

L'arrivée au refuge a été salutaire, mais stupeur ! il nous manque un jeune porteur. Notre guide et un jeune participant volontaire encore en forme, et bien équipé partent à sa recherche, avec des boissons chaudes et de la nourriture.
 Au  bout de quelques heures, ce porteur ayant abandonné son matériel de portage est découvert recroquevillé derrière une roche. Il est épuisé par le froid et ne sent plus ses doigts. Verdict: doigts gelés, mais il ne sera pas le seul, car une participante de notre groupe souffre de gelures aux mains. Elle ne sent plus deux doigts.
Il n'est plus question de quitter le camp ni d'être évacué immédiatement. Météo défavorable pour un hélicoptère et la nuit tombe. Les divers blessés (d'autres groupes étaient présents sur le site) seront évacués dès le lendemain par hélicoptère sur un hôpital de Kathmandu.
Moralité, la montagne ou la mer ou un autre élément de notre chère planète ne pardonne pas la moindre erreur.

Pour clore cette journée, bon repas chaud, heureusement…. mais la nuit va se passer sous une tente disponible, moins "marrant"…. mais c’était prévisible, car il y a trop de « naufragés » à accueillir dans ce refuge.
Durant toute la journée, d’autres trekkeurs ayant fait demi-tour ont grossi le nombre dans ce petit refuge.
Je dois apporter une précision à mon commentaire dans ma vidéo. J'indique des rafales à 150 Km/h, c'est vrai, mais uniquement à l'approche du sommet, car aussitôt notre demi-tour, nous nous retrouvons à l'opposé du  versant d'où vient la dépression. Aussi, le vent est beaucoup moins violent. Par contre le bruit des avalanches dans les massifs est assez impressionnant.

BILAN DE CETTE JOURNEE:
Pour ma part, ce trek n'est pas comparable à celui  de 2011, où la météo avait été favorable;
J'ai pu constater que la météo en haute montagne change très rapidement, notamment au début de la période hivernale. En fait, la période favorable se situe au mois d'octobre.
Mais ayant tenu compte de toutes les informations recueillies auprès de personnes expérimentées, j'avais soigneusement préparé mes "bagages" pour la haute montagne. Vêtements adaptés - médicaments et surtout une bonne préparation physique et mentale, plusieurs mois avant le départ.
Certains de mes coéquipiers ont souffert de cette "aventure". Au sein de  notre équipe, deux blessés seront évacués dès le lendemain par hélicoptère, sur un hôpital de Kathmandu pour des gelures profondes aux mains.

Après un bon repas chaud, nous gagnons nos tentes pour tenter de dormir à moitié habillé dans notre "bon duvet", car demain, le trek doit se poursuivre avec un nouvel itinéraire (plan B.:-) pour rentrer dans quelques jours sur Kathmandu, puis la France. 


 

 

 

Rendez-vous pour la prochaine étape de retour.

                    DHARAMSALA - GAO

  N'hésitez pas à partager mes articles sur vos réseaux sociaux et aussi à vous inscrire à la newsletter en cliquant sur les icônes figurants au bas de chaque article ou encore, transmettre mes liens à vos proches, amis et contacts.

 


       Merci pour votre visite, à bientôt !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article