Séjours en Inde- 2005-2006 & 2007

Publié le par René le Sénior

 

Plusieurs séjours dans ce pays durant les années

2005-2006 & 2007

En  2005 , Nicole  et René découvrent l' Inde , conquis , ils décident d'y retourner les années suivantes ; Avec vous , ils partagent leurs photos!

Cliquez sur le lien:  http://clubicpf.free.fr/inde/
Ce lien ne fonctionne plus correctement, de nombreuses pages ne s'ouvrent plus (erreur 404), en conséquence j'édite une nouvelle page sur mon nouveau blog : http://voyagesdunsenior.over-blog.com/2016/11/voyage-inde-2007.html


A voir aussi le lien suivant : https://www.youtube.com/embed/b0QQspMiRdU

Vous pouvez visiter également : http://renesalgues.unblog.fr/

Mausolé Taj Mahal

Mausolé Taj Mahal

Bonne fête de Diwali !

                  22 octobre 2014

 

(JPG)

Toute l’équipe d’Inde en ligne vous souhaite une joyeuse fête de Diwali, la fête des lumières.

Voici un rappel de la signification de cette fête populaire en Inde.

A l’origine une fête hindoue, elle est célébrée par tous les indiens avec grande joie chaque année et marque le début du nouvel an.

Bien des légendes entourent l’origine de Diwali (ou Dipavali) selon divers religions mais, cette fête des Lumières signifie spirituellement « conscience de la lumière intérieur ». Dans la philosophie indienne est c’est l’existence de l’âme - au delà du corps physique qui est à l’origine, pure, infinie et éternelle. On l’appelle l’Atman.

Tout comme on fête notre naissance chaque année, Diwali est la fête de cette lumière intérieure. Elle dissipe les obstacles de peur, ignorance - tout ce qui obscurcit la vie intérieur de l’être. Ainsi l’individu se réveille dans sa véritable nature mais en tant que corps simplement mais autant qu’âme. Avec la réalisation de la nature de cette vie intérieure se réveille les tendances qui mènent vers une compassion universelle, d’amour, de paix et la conscience de l’unité de l’univers - la connaissance suprême. Ceci apporte la béatitude et la joie - l’Ananda. Diwali est donc une occasion de fêter la présence de cette lumière interne(Atman) pour prendre conscience de la réalité qui unie toute chose dans l’univers (Bhraman).

La fête de Diwali dure toute la semaine.La maison est soigneusement lavée et préparée quelques jours en avance. Les guirlandes de feuilles d’asopalav et desglagotas (oeillets) jaunes ornent les portes - le rangoli (dessin sur le sol avec de la farine de riz de différentes couleurs en signe d’accueil) - les pétards - les marchés de diwali - les nouveaux saris - la soie en mille et une couleurs - les friandises parfument les rues et les maisons. Les temples avec l’encens, les roses, les thalisde puja, les aartis ( chants et rituels de prière au temple et chez soi) sont remplis les matins et les soirs. Et les feux d’artifices le soir avec le bruit assourdissant qui ne gêne personne !!

Le lendemain, le réveil assez tôt le matin et le bain avant l’aube. Suivent ensuite les prières en mettant les habits neufs. On se rend chez la famille, les amis pour souhaiter le nouvel an à tous et en recevoir chez soi...

Les légendes autour de cette fête sont nombreuses. Les festivités durent cinq jours, dont le troisième, le plus important est consacré à la déesse Lakshmi, les quatre autres étant associés à différentes légendes et traditions.Avant tout, Diwali célèbre le retour dans sa capitale, Ayodhya, de Rama avec son épouse Sita, qu’il a reconquise de haute lutte sur le démon Ravana, selon le Ramayana. Le nom Diwali (ou Dipavali)), dont le sens est « rangée de lumières », rappelle en effet le chemin de lampes fait à Rama par les habitants d’Ayodhya pour éclairer son retour.

Elle prolonge la fête de Dussehra, qui célèbre la victoire de Rama sur Ravana, et a lieu exactement vingt jours avant Divali. Au cours des festivités de Dussehra, les gigantesques effigies de Ravana, de son frère Kumbhakarna et de son filsMeghanatha, défilent dans les rues, pour être remplies de pétards ; le soir venu, « Rama » tire alors des flèches enflammées sur les effigies, qui prennent feu et s’effondrent peu à peu dans le fracas des détonations

Les festivités commencent avec Dhanteras, la première journée (aussi appeléeDhan Trayodashi), et évoque le Seigneur de la Mort, Yama RajSelon la tradition indienne, ce jour-là, le Seigneur Dhanvantari, médecin des dieux, sortit de la mer de lait en apportant à l’humanité sa médecine ayurvédique. Au coucher du soleil, les hindous se baignent et allument les lampes dites yama diya, qu’ils laissent brûler toute la nuit. Leur lueur est supposée écarter et honorer tout à la fois Yama, le Seigneur de la Mort, auquel on offre des friandises et qu’on prie. Les offrandes doivent être faites auprès d’un arbre sacré (Tulsi) que, pour cette raison et d’autres également, la plupart des hindous font pousser dans leur jardin. Il est également d’acheter par tradition un porte-bonheur : un nouvel ustensile, voire une pièce d’or ou d’argent.

La seconde est Narak Chaturdashi, appelée le « petit Diwali » (Chhoti Diwali), qui célèbre la défaite du démon Narakasura par le seigneur Krishna.

C’est le troisième jour qui est le plus important de tous. Elle est consacrée à lapuja, cérémonie d’adoration de la déesse Lakshmi. Lors de cette puja, qui se déroule le jour de la « nuit sans lune » d’Amavasya, cinq divinités sont célébrées :MahaLakshmi, déesse de la richesse, MahaSarasvati, déesse du savoir, etMahaKali, puis Ganesh et Vighnaharta.

C’est lors de ce troisième jour que les préparatifs, en vue de la puja , sont les plus importants : décoration de la maison et rangoli (motifs décoratifs pour accueillirLakshmi), préparation des thali, ces plateaux où l’on dispose les ustensiles nécessaires à une puja réussie.

Le quatrième jour de fête est en même temps le premier du nouveau mois, le mois de Kartik, parfois appelé Annakut, qui marque le début de la nouvelle année en Inde selon le calendrier Vikram.

Ce jour a deux significations : d’une part, c’est le Gudi Padwa, qui symbolise l’amour et la dévotion unissant les époux ; en ce jour, les jeunes mariées sont invitées avec leur époux à des repas spéciaux et reçoivent des présents.

D’autre part, on célèbre la puja de Govardhan. Il y a bien longtemps, le SeigneurKrishna sauva les habitants du village de Gokul du déluge déchaîné par Indra en soulevant le mont Govardhan. Depuis cette époque, les hindous honorent chaque année Govardhan en hommage à la première puja jadis célébrée par le peuple deGokul.

C’est une journée dite « des frères » qui est dédiée aux sœurs, rappelant celle où, à l’ère védique, Yama Raj, Seigneur de la Mort, se rendit chez sa sœur et lui accorda le don (vardhan) de libérer de ses péchés quiconque viendrait la voir ce jour-là, conférant du coup aux visiteurs le pouvoir d’atteindre la libération finale (moksha). Depuis, les frères se font un devoir, à cette date, de se rendre chez leurs sœurs.

Outre les hindous, les sikhs et les jaïns fêtent également Diwali, en lui rattachant d’autres valeurs symboliques et des références historiques bien différentes.

Dans l’Inde du Sud, Diwali ne coïncide pas avec le début de la nouvelle année, car un autre calendrier est utilisé, le calendrier Shalivahana.On y célèbre le Nouvel An par d’autres fêtes (UgadiVishu, ou Varsha pirappu, selon les États), distinctes de Diwali et se déroulant habituellement au printemps, en général en mars ou avril.

Joyeuse fête de Diwali à tous et que ses Lumières illuminent vos maisons et vos coeurs !

 


 

Source : Salime de la lettre d'information "Inde en Ligne"

Mon premier blog gratuit http://renesalgues.unblog.fr/   rapidement saturé

que j'ai remplacé par http://voyagesdunsenior.over-blog.com/

Publié dans Voyages

Commenter cet article